Ce que nous refusons pour le travail de régénération de la vigne

Nous refusons les OGM, mais nous refusons aussi d’artificialiser le milieu. Nous souhaitons re-localiser et rester proches du terroir.

Ce que propose la recherche actuelle avec les cultures de méristèmes sur gélose et ensuite les plantations en pots sur des terreaux inertes avec des engrais solubles de synthèse, nous apparaît comme une voie irrémédiablement vouée à l’échec. L’enfance du plant dans des conditions biologiques  adaptées, respectant le vivant, est la condition première d’une bonne insertion future dans le terroir et de l’acquisition de possibilités d’adaptation, de résistance et de longévité.

Un reportage récent du journal Le Monde (11 novembre 2015) illustre les pratiques de la recherche actuelle qui créent un  milieu de naissance totalement  artificiel pour les futurs plants de vigne.

Le Monde.fr

Climat : coup de chaud sur les vignes

Dans les coteaux de Banyuls, les vins ont gagné 1 degré d’alcool tous les dix ans depuis trente ans. Le réchauffement menace l’équilibre du vignoble mondial.

FRANCE/NARBONNE/VITICULTURE/2015NOV02/ Reportage sur la station viticole de l INRA Pech Rouge à Gruissan pres de Narbonne ou les scientifiques travaillent sur les evolutions de la vigne notamment face au rechauffement climatique.Laurent TORREGROSA checheur INRA controle des micro vignes en laboratoire utilisees pour produire des croisements de varietes(non OGM) qui accumulent moins de sucre de facon a essayer de contrer les effets du rechauffement. © Georges BARTOLI / Divergence
Reportage sur la station viticole de l INRA Pech Rouge  où les scientifiques travaillent sur les évolutions de la vigne notamment face au réchauffement climatique.
© Georges BARTOLI / Divergence
FRANCE/NARBONNE/VITICULTURE/2015NOV02/ Reportage sur la station viticole de l INRA Pech Rouge à Gruissan pres de Narbonne ou les scientifiques travaillent sur les evolutions de la vigne notamment face au rechauffement climatique.FRANCE/NARBONNE/VITICULTURE/2015NOV02/ Reportage sur la station viticole de l INRA Pech Rouge à Gruissan pres de Narbonne ou les scientifiques travaillent sur les evolutions de la vigne notamment face au rechauffement climatique.Plantier de pieds de vignes experimentaux censes produire moins de sucre afin de tenter de contrer les effets du rechauffement climatique. © Georges BARTOLI / Divergence
Plantier de pieds de vignes expérimentaux censés produire moins de sucre afin de tenter de contrer les effets du réchauffement climatique.
© Georges BARTOLI / Divergence